NOS MOYENS DE DÉFENSE

By janvier 24, 2016BLOGUE

 

C’est en me promenant sur le terrain de l’hôtel où je résidais récemment, que je remarquai ce splendide cactus. Non pas que je sois particulièrement adepte de cette plante épineuse, mais sa taille jumelée au nombre incalculable de petites têtes pointues m’impressionnaient et je compris instinctivement la métaphore qu’elle m’inspirait.

En fait, parfaitement consciente que ses épines lui servaient de moyen de défense contre des agresseurs éventuels, je me demandais par contre si elle s’était un jour questionné sur les raisons qui poussaient les humains à s’en méfier, s’en éloigner voir même l’ignorer complètement. Que cachait-elle si férocement? Que protégeait-elle? Sa vulnérabilité? Un secret gardé depuis des générations? Un élixir magique ou un poison venimeux?

C’EST LA FAUTE DES MAMMOUTHS

Bref, nous ne le saurons jamais, mais j’avoue que ce cactus m’a rappelé combien nous aussi, nous nous défendons et ce, inconsciemment bien sûr. On dit qu’il existe quatre façons principales de réagir et de se défendre face aux événements de la vie. Celles-ci proviennent du temps où la peur de se faire bouffer tout rond par un mammouth constituait la plus grande source de stress.

Imaginons donc la scène. Un stresseur-mammouth à la recherche de son petit-déjeuner apparaît. Quel est votre premier choix?

  1. Je pars à courir dans la direction inverse, donc je me sauve.
  2. Je m’enfonce la tête dans le sable tout en faisant semblant qu’il n’existe pas.
  3. J’arrête et je paralyse ou je fais le mort tout en priant qu’il me confondra avec un arbuste.
  4. Je décide de prendre mon courage à deux mains et je l’attaque en espérant lui faire peur.

Ce petit test peut vous sembler anodin, cependant votre réponse correspond bel et bien à la stratégie inconsciente principale que vous avez adoptée au fil des ans pour vous défendre contre les « attaques » extérieures.

Imaginez une seconde les conflits et problèmes de communication potentiels entre couple lorsque l’un privilégie la fuite et l’autre la confrontation? Ou quand l’un fait semblant que rien ne se passe et l’autre paralyse à la seule pensée d’un désaccord éventuel?

EN CONCLUSION

Nous sommes donc tous très différents les uns des autres et il n’existe pas de bonne ou de mauvaise façon de se défendre. Il n’y a que des êtres humains qui tentent d’avancer dans la vie et de faire de leur mieux avec ce qu’ils ont appris des modèles qui les ont précédés. Certains portent de profondes blessures et à cause de celles-ci sont peut-être devenus de grands cactus. Alors ne soyons pas trop rapide à les juger, car même les tiges des plus belles roses sont jonchées d’épines aussi!

 

Louise Côté

Le 24 janvier 2016

Laisser un commentaire

6 − un =

Tous droits réservés